Faire de l’accès à l’Université une démarche plus efficiente par un bon système

Pour cette année, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal considère le système d’entrée à l’université comme peu efficace. En effet, ce dernier met en avant les différentes contraintes de cette dernière et les impacts que cela peut avoir sur l’enseignement supérieur. Pour cette dernière, c’est le système en lui-même qui est trop éprouvé actuellement et c’est cela qui impacte tant l’entrée à l’université de nos jours.

Les contraintes de l’entrée à l’université actuelle

La République se doit de répondre à l’obligation éducative. A cause de cela, il est important d’apporter une amélioration au système mis en place jusqu’à ce jour. Pour le moment, ce dernier a du mal à faire concorder les aspirations individuelles et les places approuvée par le système. Et pourtant, la République a pour obligation d’apporter une chance à tous les bacheliers d’intégrer l’université selon leur choix de filière. Ce qui n’est pas toujours évident à cause du système de places mis en place actuellement et qui n’est pas toujours suffisant pour accueillir les étudiants en fonction des études qu’ils souhaitent réaliser.

Quelques alternatives pour une meilleure situation

Afin de remédier à ce problème, plusieurs alternatives sont mises en avant. La première consiste à développer le nombre de places disponibles pour chaque filière tout en évitant de proposer des places superfétatoires. Dans ce contexte,  les nombres de places en plus peuvent aussi être répartis selon les possibilités de budget. Dans un autre cas, il est envisageable d’augmenter uniquement les places dans certains domaines et avis lepeignoir qui seraient plus prisés que d’autres. Certains peuvent également proposer un concours d’entrée pour quelques filières afin que les places ne soient pas trop un problème et que les plus compétents seulement puissent intégrer l’université par la suite.

Sources: